Le «vocabulaire courant» en diplomatique: techniques et approches comparées.

Vendredi 25 janvier 2013, 
Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Bourgogne. 
Tandis que les bases de données de documents diplomatiques tendent à se multiplier, les chartes bourguignonnes réunies au sein du corpus des CBMA offrent, à ce jour, le schéma d’interrogation en ligne le plus flexible pour une base de cette taille: plus de 13 000 actes, désormais accessibles via un serveur hébergé par le TGE Adonis. La journée d’étude de janvier 2011 avait permis de souligner l’intérêt de cet outil et de partager des expériences en cours, en insistant sur la prise en main – de plus en plus sensible – du logiciel par les chercheurs. Grâce à cette base et à cet outil émerge la possibilité de réaliser une diplomatique comparée, thème ancien, mais largement délaissé dans les dernières décennies au profit d’études ciblées. Cette approche, s’appuyant sur une lecture renouvelée du matériau, renforce la mise en cause du «mythe de l’anarchie documentaire», en montrant que les usages de termes ou de formules souvent considérés comme allant de soi sont en fait typiques d’un moment, d’un espace, d’une écriture.
Cette journée d’étude sera consacrée aux expériences dans le domaine des termes ou des formules considérés comme évidents/courants, c’est-à-dire dont la forte récurrence pourrait faire penser a priori (et peut-être à tort?) à des habitudes ou à des emplois globalement partagés. Seront notamment envisagés les outils et les techniques employés pour faire ressortir ces spécificités, aussi bien au plan fréquentiel qu’au niveau des cooccurrents (traitements statistiques / data mining). De la même manière, on s’intéressera à la sémantique de ces termes, justement fortement corrélée à leur présence/absence dans des zones à la structuration sociale sans doute différente. L’objectif est de mettre en lumière quelle part du vocabulaire “commun” répond à ce paradigme d’une écriture s’inscrivant dans un moment mais surtout dans un espace. Les communications pourront porter non seulement sur la base des CBMA, qui offre un champ d’étude très propice à ce type de recherche (l’actuelle Bourgogne étant une entité composite dans le temps et dans l’espace), mais aussi, pour favoriser cette approche comparatiste, sur d’autres bases constituées ou en cours de constitution.
Programme
10h00 – 10h30   Bilan CBMA 2011-2012
10h30 – 11h15   Didier Panfili. User du mot dominus dans les scriptoria méridionaux du VIIIe au début du XIIIe siècle.
11h15 – 12h00   Nicolas Perreaux. Vocabulaire courant, vocabulaire fréquent, vocabulaire endémique? Lecture spatiale d’un phénomène fréquentiel.
14h00 – 14h45   Alain Guerreau. L’observation et l’analyse statistique de la fréquence et de la répartition d’un groupe de n tokens.
14h45 – 15h30   Eliana Magnani. Le genre d’Ego: la désignation des disposants dans les documents diplomatiques bourguignons.
15h45 – 16h30   Coraline Rey. Le vocabulaire de l’écriture et du livre à Cîteaux. Pour une approche comparée: chartes, comptes et catalogue de bibliothèque.

 
Info
Source: APILIST

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: